logo

Choix technologiques

Pour le très haut débit

 

Le déploiement d’un réseau public de fibre à l’abonné, en dehors des zones concernées par les initiatives des opérateurs privés est la première priorité à mettre en oeuvre.

 

Le réseau de desserte fibre à l’abonné consiste à relier en fibre optique les points de mutualisation, où les opérateurs installent des équipements visant à fournir le service aux abonnés, aux points de branchement, d’où les foyers seront raccordés lors de leur souscription à un abonnement. Afin de limiter les coûts relatifs au déploiement, la réutilisation d’infrastructures existantes (fourreaux, supports aériens) est privilégiée.

Montée en débit sur réseau radio

 

Les perspectives de modernisation du réseau radio doivent se limiter aux zones mal desservies en haut débit et dont l’équipement en technologie filaire (fibre optique à l’abonné ou montée en débit ADSL) n’est pas programmé. Une amélioration du débit radio présente plusieurs avantages comme offrir des débits de l’ordre des 20 Mbits/s par abonné et assurer la transition dans l’attente du déploiement restant de la fibre optique.

Montée en débit sur le réseau cuivre

 

Pour compléter la couverture permise par les réseaux de fibre à l’abonné public et privé, il est nécessaire de mobiliser d’autres technologies, comme l’amélioration des débits DSL. La montée en débit DSL consiste à réduire les longueurs de la boucle locale en cuivre afin de limiter l’affaiblissement des signaux DSL. Pour réduire la longueur des lignes téléphoniques, il est nécessaire d’installer des équipements actifs au niveau du sous-répartiteur, qui seront reliés ensuite au réseau de collecte en fibre optique.

Montée en débit via le satellite

 

Afin de proposer des solutions de montée en débit sur l’ensemble du territoire, il sera nécessaire, en complément des solutions de montée en débit du réseau cuivre et du réseau radio, d’envisager l’utilisation du satellite. Un projet de développement baptisé « MégaSat » bénéficie actuellement du soutien de l’État à hauteur de 40 millions d’euros. Ce projet pourrait déboucher d’ici 2022 sur le lancement d’un nouveau satellite spécifiquement prévu pour la montée en débit des territoires isolés.

Montée en débit via le réseau mobile (4G, 5G)

 

Dans certains cas, en fonction du déploiement réel sur le territoire, des services mobiles pourraient constituer une alternative aux réseaux fixes via les offres de type « 4G box ».

facebook twitter